Accueil / Insertion professionnelle / L’ entrepreneuriat étudiant ou l’art de créer sa propre insertion professionnelle

L’ entrepreneuriat étudiant ou l’art de créer sa propre insertion professionnelle

A l’occasion du lancement des candidatures PEPITE, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche lance pour cette fin d’année et la rentrée 2016 une campagne visant à promouvoir le statut. Portée par un dispositif digital et relayée par les partenaires du ministère, elle vise à faire tomber les appréhensions des étudiants vis-à-vis de l’entrepreneuriat à travers le message :

“Mis en place en 2014, le statut national d’étudiant-e-entrepreneur-e permet aux étudiant-e-s de rendre compatible études et projet d’activités et aux diplomé-e-s de conserver ou retrouver le statut étudiant et les avantages associés.”

Véritable accélérateur de projets, il fournit une aide à la recherche de financement et des avantages parmi lesquels un double accompagnement personnalisé, une mise en réseau, un accès au lieu de coworking du PEPITE, la possibilité de signer un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise (CAPE) et d’obtenir un diplôme.

entrepreneuriat

« Etudier et entreprendre : l’autre façon de voir votre avenir. ».

De plus en plus d’étudiants tendent vers l’entrepreneuriat mais peu sautent vraiment le pas pendant leurs études : la mise en place en 2014 du statut national d’étudiant-e-entrepreneur-e est une tentative de réponse à ce constat.

Les étudiants-entrepreneurs : des profils de « fonceurs »

Les étudiants-entrepreneurs montrent des visages combatifs emplis de détermination, d’optimisme et d’esprit d’aventure.

L’étude du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, démontre en effet que 95% des étudiants entrepreneurs déclarent être optimistes pour leur avenir personnel, contre 70% de l’ensemble des étudiants.

Cet état d’esprit plus positif peut s’expliquer par un engagement très important des étudiants-entrepreneurs dans leurs différentes activités : ces derniers sont en effet concentrés sur leur projet d’entreprise en plus de leurs projets universitaires. En effet, 52% d’entre eux indiquent que leurs projets professionnels sontleur première priorité.

76% des étudiants-entrepreneurs satisfaits de leur statut

Ce statut va de paire avec une envie irrépressible d’entreprendre, une envie partagée par près d’un étudiant sur deux et rencontre un très bon accueil auprès des autres étudiants. En effet, 90% pensent que « c’est une bonne chose pour eux ».

Depuis son lancement, à la rentrée universitaire 2014, le statut a bénéficié à 1 894 personnes, chiffre en augmentation chaque année.

La session 2016 de dépôt des dossiers de candidature est ouverte depuis le 17 mai.

Un statut prometteur mais des capacités inexploitées

Nous le voyons par le biais de l’étude du Ministère, l’entrepreneuriat ça marche !!!

Alors pourquoi n’est-elle pas plus encouragée, développée par les universités, pourquoi ces dernières n’aident pas plus les étudiants à sauter le pas ?

Les premiers objectifs défendus et avancés par le Ministère étaient de 20 000 étudiants, or nous en sommes très loin aujourd’hui, alors que les chiffres montrent que cela fonctionne.
Les universités et les acteurs de l’Etat doivent aujourd’hui prendre leurs responsabilités, ils doivent également respecter leur engagement, celui de mettre en place cette fameuse et tant attendue « Priorité Jeunesse », qui tarde tant à venir.

Les étudiants attendent de meilleurs encadrements et facilitations pour développer ces formes d’initiatives étudiantes, qui peuvent aussi permettre de participer au développement des étudiants, mais également participer à celui d’une économie qui aurait bien besoin de bonnes nouvelles.

Développer l’entrepreneuriat étudiant au sein des campus permet également de renforcer les liens entre les milieux universitaires et étudiants.

C’est aussi permettre aux universités de remplir leur troisième mission, fixé depuis la Loi Relative à l’autonomie et à la responsabilité des Universités de 2007, celle d’assurer l’insertion professionnelle des étudiants.

L’ARES une fédération convaincue et investie pour l’entrepreneuriat et l’insertion professionnelle des étudiants :

L’ARES est une fédération qui s’est toujours investie de manière active en ce qui concerne l’insertion professionnelle.

En effet, son pôle insertion professionnelle a toujours été très actif dans le domaine de la création de projets pour la développer auprès des étudiants dans leurs campus, des institutions universitaires, et du monde professionnel.

Le projet le plus notable est la plateforme ARES-Avenir qui permet de trouver gratuitement et sans inscription préalable, des stages, des services civiques, des alternances et emplois pleins.

L’ARES est également membre du consortium de fait du Portefeuille d’Expériences et de Compétences, chargé de traduire les connaissances et compétences acquises dans l’ensemble des diplômes délivrés par les universités.

Le prochain évènement de l’ARES et de son réseau, le conseil d’administration de Juin 2016 à Clermont Ferrand, organisé par le BDE Eco Droit Clermont et le Comité des Etudiants en Management, sera lui aussi orienté sur l’insertion professionnelle et l’entrepreneuriat étudiant.

Cela sera l’occasion notamment d’organiser des rencontres entre les associations de notre réseau et des acteurs de l’entrepreneuriat.

Il sera l’occasion également de revenir sur nos travaux en la matière, comme la contribution sur la professionnalisation des universités, les fiches techniques sur l’entrepreneuriat, le salariat étudiant, ou les activités associatives pour l’insertion professionnelle dans notre réseau.

Pour notre fédération, participer au développement de l’entrepreneuriat étudiant, c’est permettre à ces derniers d’être acteurs de leur développement personnel, en menant de front leurs vies universitaire et professionnelle.

C’est donc replacer l’étudiant au cœur à la fois de sa formation et de sa vie professionnelle.

À propos Martin Humbert

Martin Humbert
Chargé de mission filière droit pour l'ARES

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*