Accueil / Actualités des filières / Sans probité, ni humanité, le CNB empêche l’égalité d’accès à la profession d’avocat

Sans probité, ni humanité, le CNB empêche l’égalité d’accès à la profession d’avocat

Vendredi 3 février au soir, le Conseil National des Barreaux (CNB) a voté en catimini une augmentation injustifiée des frais d’inscription aux Écoles Des Avocats (EDA) ainsi qu’un dispositif précaire : “la collaboration qualifiante”.

L’ARES profondément attachée aux valeurs du service public universitaire souhaite, à l’instar du rapport Kami Haeri, un dialogue renforcé entre la profession d’avocat et le monde universitaire.

C’est en totale contradiction avec ce principe, que le CNB a voté l’augmentation des frais d’inscription à une Ecole des Avocats (EDA) à 3 000 euros, jusque-là plafonnés à 1 600 euros. Ceci constitue une sélection par l’argent inadmissible pour l’ARES.

Le CNB a également approuvé la création de la “collaboration qualifiante”, où l’élève-avocat dit “avocat référendaire”, est placé sous l’autorité d’un avocat référent duquel dépendra son entrée comme avocat de plein exercice. La mise sous tutelle de l’élève avocat revêt un aspect dégradant aux yeux de l’ARES et entrave son entrée dans la profession en l’empêchant de se constituer une clientèle propre. L’ARES demande en conséquence une sécurisation sociale du statut du jeune avocat en lieu et place de la précarisation que propose le CNB au travers des mesures avancées.

L’ARES dénonce ces deux mesures prises sans concertation aucune et opérant une rupture avec la vision du rapport Kami Haeri sur la profession d’avocat, remis un jour avant la décision du CNB, de se “réapproprier les liens avec les étudiants en droit”.

Si telle est réellement la volonté de la profession, en tant que porte parole des étudiants en droit, l’ARES demande que ces mesures soient retirées et que les étudiants soient réellement inclus dans le processus de concertation des réformes qui touchent à l’avocature. Les concertations et échanges préalables sont dans bien des cas, socialement plus profitables que des décisions unilatérales.

L’ARES demande aussi au Ministère de la Justice de ne pas entériner ces décisions par un arrêté.

Signez la pétition contre l’élévation des frais d’inscription aux écoles d’avocats !  –> ICI

CDP CNB 1 by Cherifa Bdj on Scribd

A propos de Cherifa Bouadjadj

Commentez cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas rendue publique. Champs obligatoires *

*