Accueil / Actualités des filières / Les IAE, la force du service public face aux écoles de commerces ?

Les IAE, la force du service public face aux écoles de commerces ?

 

Nous le savons tous, à l’heure actuelle, le chômage élevé pousse les universités et les différents établissements d’enseignement supérieur à se poser la question de l’insertion professionnelle de leurs étudiants.

Tout d’abord, il convient d’analyser les chiffres reflétant le recrutement dans le secteur du management et de la finance. En Janvier 2017, Les Echos START, publiait un article résumant les chiffres d’une analyse menée par le cabinet de recrutement Robert Walters. Cette étude, menée sur 27 pays, montre les perspectives internationales de recrutement.

L’article, plutôt centré sur la France, donne l’évolution en 2016 des recrutements, du salaire moyen pour les juniors (entre 3 et 6 ans d’expérience) ou encore des différences constatées entre la capitale et la province. Les recrutements dans le secteur de la gestion sont en croissance de 34% par rapport à 2015 avec des salaires moyens entre 60k€ et 80k€ par an pour les juniors selon les secteurs d’activités.  

Les résultats de l’étude ont aussi permis de mettre en exergue un marché de l’emploi plus égalitaire entre province et capitale notamment en terme de recrutement mais aussi de salaire (8 à 10% de différence salariale en 2016 contre 15% en 2015). La loi du 16 Janvier 2015, instaurant les 13 nouvelles régions, a participé aux rééquilibrage de ces chiffres.

Mais quelle place pour les étudiants issus des différents IAE ?

IAE France, à l’occasion de ses 60 ans, a publié les résultats de sa première grande enquête nationale “Devenir des diplômés IAE”. Cette étude analyse la problématique d’insertion professionnelle des étudiants en IAE selon plusieurs critères :

  • Le genre
  • L’âge et l’année d’obtention du diplôme
  • La localisation
  • Le(s) diplôme(s) obtenu(s)
  • Le type de formation suivi (initiale, alternance…)
  • La filière

On observe des taux d’insertion professionnelle de 93,2% à 1 an et 83% à 6 mois. Le développement des formations en alternance au sein des IAE est un levier à l’intégration au marché de l’emploi. En effet, 71% des alternants trouvent un emploi au maximum 2 mois après leur diplôme contre 62% pour les formations initiales. La professionnalisation des parcours proposés au sein des IAE est à l’origine de 47% des premières embauches  

On constate cependant une diminution des emplois stables à l’issue du diplôme. Il y a 17 ans, 74% des diplômés obtenaient un CDI à 6 mois contre 56% à l’heure actuelle. Ces chiffres dépendent notamment de la filière et du genre. On constate cependant, sur le long terme (à deux ans), une atténuation des emplois précaires puisque 82% des diplômés du réseau des IAE sont en CDI avec une égalité femmes-hommes.

Cependant, les inégalités femmes-hommes sont présentes dans plusieurs critères comme les postes d’encadrement d’effectif (62% des femmes n’encadrent pas d’équipe contre 47% chez les hommes). Mais là où l’inégalité est la plus forte, c’est sur le critère de la rémunération : À diplôme équivalent, les hommes ont un salaire médian autour de 45k€ par an contre 34k€ pour les femmes.

L’ARES et son réseau dénonce, une nouvelle fois, les logiques sexistes des entreprises et rappelle l’importance de l’égalité des genres autant au sein du marché de l’emploi qu’au sein des universités.

Ainsi, les chiffres du réseau des IAE en terme d’insertion professionnelle à 6 mois (83%), sont exactement identiques à ceux des grandes écoles constatés dans l’enquête d’insertion 2016 de la Conférence des grandes écoles.

Pour ses 60 ans, IAE France s’offre un beau cadeau que celui de réussir son pari en terme de concurrence des grandes écoles.

L’ARES tient à féliciter IAE France et son réseau de défendre les valeurs du service public et donc de l’accessibilité à l’enseignement supérieur et à la recherche.

Pour plus d’information :

ICI & ICI

 

À propos Cherifa Bouadjadj

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*