Accueil / #RevalorisemonESR / Après APB et les APL : le gouvernement s’attaque à l’accès à la profession d’avocat

Après APB et les APL : le gouvernement s’attaque à l’accès à la profession d’avocat

Par un arrêté du 19 juillet, la Garde des Sceaux, Ministre de la Justice Nicole Belloubet, a acté la hausse des droits d’inscription pour les élèves-avocats en portant leur plafond de 1600 à 1825 euros.

L’ARES dénonce cette hausse de plafond de frais d’inscription faite sans concertation aucune et qui enterre les préconisations du rapport Haeri.

En effet, l’ancien ministre de la justice, Jean-Jacques Urvoas, avait garanti qu’aucune hausse des droits d’inscription ne prendrait place d’ici la rentrée. Cette hausse creuse encore plus le gouffre qui s’est ouvert entre le Gouvernement et les étudiants. Tout comme la baisse des APL, elle contribue à précariser ceux qui sont déjà les plus faibles et néglige l’investissement qu’est le parcours pour devenir avocat.

Dans une formation au coût élevé et à la plus-value jugée faible par ceux qui en font l’expérience, l’augmentation des frais d’inscription ne fera qu’avancer vers une sélection par l’argent que personne ne souhaite.

Conformément à ce que préconise le rapport Haeri, l’ARES appelle à une réforme de fond de la formation des avocats et un rapprochement entre les Universités et la profession.

Par conséquent, l’ARES s’oppose à cette hausse des frais d’inscription et demande à ce que de réelles concertations soient lancées ainsi qu’un réinvestissement de l’Etat, afin d’aboutir à une réforme ambitieuse de la formation de la profession.

Après la saga des coupes de budget – notamment sur la justice et l’ESR – et la baisse des APL, cette décision prise en catimini confirme que la jeunesse n’est pas la priorité de ce gouvernement. L’ARES n’hésitera pas à mobiliser son réseau si les priorités du gouvernement actuel ne sont pas revues.

À propos Cherifa Bouadjadj

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*