Accueil / #RevalorisemonESR / Plan étudiant : des dérives à éviter

Plan étudiant : des dérives à éviter

A la suite des discussions  à l’assemblée nationale du projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants, l’ARES (Association Représentative des Étudiants en sciences Sociales) alerte sur les risques de dérives de la réforme.

L’ARES confirme que le plan étudiant s’inscrit dans un esprit positif, toutefois les dispositions prises dans cette réforme ouvrent la porte à certains dangers.

Parmi ceux-ci,  vient la possibilité de sélectionner les néo-bacheliers sur leurs dossiers quand les capacités d’accueil sont atteintes.

L’ARES tient à rappeler qu’il n’existe en l’état aucun mode de calcul ou de cadrage national de la détermination des capacités d’accueil d’une formation. Or ces capacités d’accueil vont jouer un rôle central pour l’année à venir pour les inscrits dans les filières en tension. Ce flou n’est pas acceptable : il n’est pas concevable que ces capacités soient déterminées de manière arbitraire et entraîne une sélection élitiste.

Ainsi l’ARES alerte sur la nécessité de fixer des limites à la détermination de ces capacités, on ne peut permettre un tel flou sur l’avenir des étudiants.

Un autre aspect : la mise en place des attendus à l’université. Ils ont pour objectif de donner à l’étudiant une vision indicative des compétences attendues pour réussir une première année de licence.

Se pose la question importante de l’évaluation de ces attendus. De par leur nature, il serait facile de se baser sur les notes obtenues lors du lycée pour les évaluer.

Une méthode simple mais complètement à l’opposé des objectifs de cette réforme.

On ne peut évaluer l’aptitude d’un étudiant à réussir à l’université sur ses résultats au lycée.

L’ARES refusera des attendus mettant en péril le parcours universitaire des futurs bacheliers et regrette que ceux-ci aient été fais dans une opacité totale sans concertation des étudiants.

L’ARES affirme une nouvelle fois son opposition à toute forme de sélection à l’entrée de l’université : l’accès à l’enseignement supérieur doit être ouvert à tous.

En conséquence : l’ARES sera vigilante dans l’application de cette réforme et plus particulièrement sur le respect de l’esprit du plan étudiant dans son application.

Si les applications faites ne vont pas dans ce sens, elle n’hésitera pas à se mobiliser physiquement pour défendre les intérêts des étudiants.

À propos Richard Lamoureux

Richard Lamoureux

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*